ACCUEIL et PLAN du site

 

Choisir des jumelles ou choisir une longue vue n'est pas facile, car l'offre est abondante et diversifiée. Quelques conseils généraux pour bien choisir.

 

LE SITE TOPOPTICS A ETE RENOVE. CLIQUEZ ICI POUR Y ACCEDER

 

Jumelles et longues-vues : les chiffres magiques

 

Jumelles comme longues vues sont caractérisées par deux valeurs.

Exemples :

Jumelles Minox HG 10 x 43

Jumelles Leica Ultravid 8 x 32

Longue vue Leica APO Televid 82 zoom 25-50

Longue vue Swarovski ATM-65 30x

 

Le chiffre en rouge représente le facteur de grossissement produit par l'instrument. Dans les exemples cités, un grossissement de 8 ou 10 x pour les jumelles et un grossissement de 25 à 50 x (zoom) ou 30 x pour les longues-vues.

On pourrait penser qu'il vaut mieux choisir des jumelles avec le plus fort grossissement possible, mais ce serait une erreur. Plus des jumelles grossissent, plus leur champ (l'étendue de l'espace qui apparaît à la vue quand on regarde à travers les lentilles) se réduit, et plus leur luminosité (capacité à fournir une image claire par faible lumière) diminue.

 

Le chiffre en bleu représente le diamètre de l'objectif (le "gros bout") des jumelles ou de la longue vue, exprimé en millimètres. Plus il est grand, plus celui-ci capte de lumière, et plus il fournit une image lumineuse.

Logiquement, on serait donc tenté de choisir le modèle qui présente le plus large diamètre... mais il sera alors encombrant et lourd à transporter...

Tout est donc question de compromis et de définir ce que l'on souhaite faire avec ses jumelles ou sa longue vue. Observer depuis la fenêtre de son salon ou emporter ses jumelles en trekking ne présente pas les mêmes contraintes. 

 

Choisir des jumelles

ICI les jumelles en images

 

Voici les choix de jumelles les plus classiques dans le monde de l'observation de la nature, avec les propriétés et usages principaux de chaque modèle

10 x 40

Des jumelles superbement équilibrées pour l'observation des oiseaux et des mammifères dans les conditions "normales". Le grossissement de 10 x est suffisant, le champ de vision reste confortable, la luminosité est correcte et l'instrument n'est ni trop lourd ni trop volumineux. C'est le choix de jumelles le plus fréquent pour l'ornithologie.

8 x 30

Un choix également très bien équilibré, où on a privilégié légèreté et compacité tout en réduisant le grossissement afin de conserver une bonne luminosité. Les jumelles de grossissement de 8 x sont parfaites pour l'observation à moyenne distance, dans le bois, à la campagne. Leur champ de vision est large.

8 x 20 ou 10 x 25

Des jumelles "de poche", légères et souvent repliables, mais dont la luminosité est faible. Elles peuvent être un bon choix de jumelles pour les randonneurs en montagne, quand le poids compte et que la lumière ambiante est intense, mais elles montreront leurs limites par temps couvert, au crépuscule, ...

7 x 50,  

8 x 56, 

9 x 63 ...

De grosses jumelles lourdes et encombrantes, mais très lumineuses. Leur domaine est surtout l'observation des mammifères au crépuscule. Ce sont les modèles de prédilection des chasseurs à l'affût, qui ont besoin d'une luminosité supérieure.

Il existe également une grande diversité de modèles aux caractéristiques intermédiaires.

 

Voici les régles générales à respecter pour choisir des jumelles d'ornithologie et d'observation de la nature.

 

un grossissement de 7 x minimum et de 12 x maximum, l'idéal étant 8 ou 10. Au-delà de 12 x, la luminosité devient très faible et le champ réduit demande l'usage d'un pied... autant alors choisir une longue-vue ! En deça de 7 x, le grossissement est insuffisant.

 

le quotient du diamètre (en mm) par le facteur de grossissement (ce quotient est appelé "pupille de sortie") doit être égal ou supérieur à 3 pour l'usage diurne et égal ou supérieur à 5 pour l'usage crépusculaire.

 

ATTENTION : si les prix des jumelles varient dans un facteur de plus de 100, il y a une raison !

Les jumelles "de supermarché" sont construites avec du verre standard voire du plastique, n'ont pas de traitement des surfaces, ont souvent des prismes sous-dimensionnés. Elles ne transmettent parfois à l'oeil que moins de 50% de la lumière qu'elles captent, alors que les modèles de haut de gamme dépassent 95% ! Robustesse, étanchéité, possibilités de réparation, garantie sont d'autres éléments à tenir en compte. 

Jumelles zoom, jumelles à mise au point automatique, jumelles à vision nocturne, jumelles à grossissements invraisemblables ne sont souvent que des attrape-nigauds... ou se paient au juste rpix !

 

Choisir une longue vue

ICI les longues vues en images

 

Premier point : préférez les longues vues "coudées" (visée à 45°). Leur usage demande d'acquérir un peu d'expérience, mais il est plus confortable que celui des longues vues à "visée droite".

 

Ensuite, voici les choix de longue vue les plus classiques dans le monde de l'ornithologie et de l'observation de la nature, avec leurs propriétés et usages principaux. On les répartira en 4 "familles" :

 

Les naines

Diamètre de moins de 60 mm

Longues vues petites et légères, elles sont peu lumineuses et ne supporteront guère un grossissement de plus de 20 ou 30 fois. Leur intérêt consiste à pouvoir se fixer sur un trépied léger et se glisser dans le sac-à-dos pour qui veut les utiliser lors de randos en montagne. 

Les compactes

Diamètre de 60 à 65 mm

Longues vues d'un volume acceptable, elles "digèrent" des grossissements de 30 ou 40 x, tout en conservant une luminosité convenable. Un trépied léger reste utilisable.

Les standards

Diamètre d'environ 80 mm

Longues vues plus lourdes et encombrantes, elles sont lumineuses et on peut leur demander un grossissement de 50 x (zoom 20-60, par exemple). Elle exigent par contre un trépied stable et robuste pour ne pas vibrer, ce qui les rend assez pénibles à transporter sur l'épaule.

Les géantes

Diamètre d'environ 100 mm

Longues vues très lumineuses, confortables à fort grossissement, mais encombrantes, lourdes et pénibles à transporter. C'est le choix des adeptes du "sea watching" et des digiscopeurs cherchant un maximum de luminosité pour leurs photos, ou d'adeptes du tir sportif à longue distance.

 

Concrètement, la grosse majorité des naturalistes, des chasseurs sélectifs et des tireurs sportifs optent pour le choix d'une longue vue de modèle "compact" ou "standard".

 

ATTENTION : il en va de même pour les longues-vues que pour les jumelles. N'imaginez pas trouver pour 100 EUR ce que d'autres vous vendent à 1500 EUR !

 

Zoom ou pas zoom ?

 

Pour les jumelles, la question ne se pose pas vraiment : à l'exception de quelques jumelles de grandes marques offrant 2 facteurs de grossissements différents, les jumelles zoom ne sont que des "culs de bouteilles".  Mais beaucoup de bons modèles de longues vues sont disponibles avec ou sans zoom. Faisons le point (essentiel pour un instrument d'optique !..) :

Les "+" du zoom

Les "-" du zoom

Confort d'utilisation : on cherche la cible à faible grossissement, puis on "zoome" dessus

Pas besoin de changer d'objectif selon les circonstances (risque de chute, de perte, d'entrée d'eau ou de poussières dans le corps de l'instrument...)

On trouve facilement le meilleur compromis grossissement / luminosité

Un champ de vision plus faible

Une qualité optique inférieure chez certains fabricants, mais ils sont excellents chez les "grands" (Leica, Swarovski, Zeiss, Optolyth, Kowa)

Des niveaux de grossissement maximum peu compatibles avec la luminosité des compactes

 

Globalement, le zoom est un accessoire très agréable et pratique, mais pas une nécessité absolue.

 

Choisir un trépied de longue vue

 

Les trépieds sont les compagnons indissolubles des longues-vues et le principal sujet de récrimination des ornithos de terrain. Segment coincé, rotule rétive, doigt écrabouillé, épaule défoncée... tout y passe.

 

Consultez la page qui traite du choix d'un trépied.