Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Le coin bibliothèque

LA LUMINOSITE DES JUMELLES

Des jumelles lumineuses : un souhait universel

 

"Je voudrais des jumelles lumineuses, légères et qui grossissent fort..."
V
oilà une demande que nous recevons quotidiennement. La luminosité des jumelles est un des sujets qui intéressent le plus l'acheteur et il vaut donc la peine de faire le point sur la question.

Les 3 facteurs qui déterminent la luminosité des jumelles

 

Aucun fabriquant n'a de baguette magique pour améliorer la luminosité de ses jumelles; celle-ci dépend des 3 facteurs suivants :

  • du diamètre de l'objectif, et pour être plus précis de la surface des lentilles d'objectif.

  • du facteur de grossissement. Plus il est élevé, moins l'instrument est lumineux. Toutes autres choses étant égales, des jumelles 10x captent 1,56 fois moins de lumière que des jumelles 8x.

  • de la transmittance, c'est à dire du %age de la lumière captée qui est effectivement transmis à l'oeil par les jumelles. En pratique, les bons instruments ont une transmittance entre 85 et 95%. Celle-ci dépend de nombreux éléments, comme les traitements de surface des lentilles et prismes, le type de prismes (Porro, Abbe-König, Schmidt-Pechan), etc... C'est en fait le seul facteur sur lequel le fabriquant peut jouer, et son rôle est le plus limité des 3.

Pupille de sortie et indice crépusculaire : deux paramètres qui décrivent la luminosité

 

Dans les fiches techniques des jumelles , on trouve deux paramètres qui indiquent leur niveau de luminosité. Le plus réaliste et le plus intéressant est la pupille de sortie qui est en fait le rapport diamètre d'objectif (en mm) / facteur de grossissement. Ainsi, des jumelles 10x42 ont une pupille de sortie de 4,2mm, très proche de celle des 8x32 : 4 mm. La luminosité de ces modèles est donc équivalente. Des 8x42 ont une pupille de sortie de 5,25 mm et des 10x50 une pupille de 5 mm. Des 8x50 ont une pupille de 6,25 mm, des 8x56, une pupille de 7 mm...

L'autre facteur, trompeur, est l'indice crépusculaire. Il considère en effet que le grossissement est un facteur favorable à l'observation crépusculaire car il permet de mieux voir les détails. L'indice crépusculaire se calcule comme la racine carrée du produit grossissement x diamètre. Ainsi, des jumelles 8x56 ont le même indice crépusculaire (21,2) qu'un modèle 56x8 (grossissement 56 x, diamètre 8 mm) qui ne permettrait même pas l'observation en plein jour et qui n'existe évidemment pas.



La pupille de sortie est le diamètre du faisceau lumineux sortant des oculaires

Et pour les longues-vues ?

Quelle pupille de sortie, pour quel usage ?

La règle est identique. Une longue-vue de 80 mm avec un zoom 20-60 a une pupille de sortie  qui varie entre 3 et 1.3 mm. Cela explique pourquoi, plus on grossit avec le zoom, plus  l'image devient terne. En pratique, au-delà de 45x, le résultat se détériore. Ce qui explique pourquoi on ne trouve guère de zooms dépassant 60x avec les longues-vues standards.

En pratique, une pupille de sortie de 3 mm, comme sur des 8x24 ultra-compactes, ne  convient que pour l'observation en plein jour, par bonne lumière. Une pupille de 4 à 5 mm permet déjà d'observer dans de mauvaises conditions de lumière. Les jumelles qui ont des pupilles de 6 ou 7 mm sont des instruments qui permettent l'observation à l'aube et au  crépuscule... si nos yeux nous le permettent du moins ! (voir plus bas)

 
 


De haut en bas, visualisation de la pupille de sortie de jumelles 8x25, 8x42 et 10x42

A quoi sert réellement la luminosité des jumelles

A avoir une image claire évidemment ! Mais ce n'est pas si simple...
La pupille de sortie mesure le diamètre du faisceau lumineux sortant de l'oculaire des jumelles et que nos yeux peuvent donc capter. Mais ceux-ci sont équipés d'un diaphragme, comme les objectifs photos, qui permet de régler la quantité de lumière qui y entre. Ce diaphragme est notre pupille.

En lumière diurne modérée, notre pupille s'ouvre avec un diamètre de 3 mm environ. Elle capte donc toute la lumière envoyée par des jumelles 8x24 (pupille de sortie 3 mm) mais arrête une bonne partie de la lumière envoyée par des jumelles de pupille 4,
5 ou 6 mm. Leur supplément de luminosité ne sert donc à rien en plein jour !

Par contre, en soirée, notre pupille s'élargit : 5 mm, voire 6 ou 7 mm si nous sommes encore jeunes (à partir de 50 ans, on ne dépasse plus guère 5 mm). Notre œil essaie simplement de capter un maximum de lumière et des jumelles dont la pupille de sortie n'est que de 3 ou 4 mm ne pourront pas satisfaire ses besoins. Autrement dit, en plein jour, toutes les jumelles se valent en matière de luminosité, ou presque. La différence ne se fait que quand la lumière est rare, et pour autant que nos yeux puissent encore profiter de jumelles très lumineuses.
Bien entendu, quand il fait vraiment trop sombre et quelle que soit leur pupille de sortie, les jumelles ne peuvent plus fournir à l'œil assez de lumière pour... y voir clair.

Ce que l'on voit dans...


... des 10x25 par un jour gris


... des 10x42 par un jour gris


... des 10x56 par un jour gris

 


... des 10x25 au crépuscule


... des 10x42 au crépuscule


... des 10x56 au crépuscule

Un autre bonus de la pupille de sortie

La pupille de sortie nous offre en fait encore un autre bonus : plus elle est large, moins il est nécessaire de placer avec précision les jumelles devant ses yeux pour profiter de tout leur champ de vue. C'est donc aussi un facteur du confort d'observation.

 
 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu