Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

News

;
;
;



04 mars 2017

DIGIBINNING, PHONEBINNING, vous connaissez ?

1er EPISODE : de quoi il s'agit

Un peu de vocabulaire

Après la digiscopie (digiscoping en Anglais), voici le digibinning...

Il s'agit en fait d'appliquer les principes de la digiscopie à une paire de jumelles. Le "spotting scope" (longue-vue en Anglais) devenant "binoculars" (jumelles en Anglais), la technique est baptisée digibinning.
Il s'agit donc à nouveau de remplacer l'œil de l'observateur par un système qui capte l'image, mais cette fois avec des jumelles.

  • Digicopie/digiscoping : photographie au travers d'une longue-vue avec un APN compact

  • Reflexoscopie : photographie avec un boîtier reflex quand l'objectif est remplacé par une longue-vue

  • Phonescoping : photographie au travers d'une longue-vue avec un smartphone

  • Digibinning : photographie au travers d'une longue-vue avec un APN compact

  • Phonebinning : photographie au travers d'une longue-vue avec un smartphone

Digibinning et phonebinning

 

La technique peut se pratiquer avec un APN compact (digibinning), ou de préférence avec un smartphone (phonebinning), tout comme la digiscopie. La compacité et la légèreté du smartphone et de son adaptateur sont évidemment des atouts majeurs pour cette nouvelle méthode. L'adaptateur qui reçoit le smartphone vient se fixer sur un des oculaires des jumelles, assurant le centrage et le maintien.

Pour aligner un APN, il faudra bricoler son adaptateur car il n'existe pas grand chose de disponible et qui soit utilisable sur des jumelles (sauf le snapshot de Swarovski). Il est parfois possible de travailler sans adaptateur, selon le type d'APN et de jumelles dont on dispose. On peut aussi utiliser un adaptateur universel Jackar 37mm auquel on ajoute une bague coupée dans un tube PVC et rétrécie selon les besoins avec des bandes de mousse autocollante.

Même si le grossissement est inférieur à celui obtenu avec une longue-vue (30-40x), celui du phonebinning atteint facilement 20-30x et correspond donc à ce qu'offre un gros téléojectif ou un appareil bridge puissant.


Le phonebinning : c'est un smartphone qui fait office de caméra. Ici, avec l'adaptateur USH d'Olivon.

Autant dire qu'il sera bienvenu que le système soit monté sur trépied pour en assurer la stabilité, sauf si on dispose de jumelles avec stabilisateur d'image. La publicité d'une grande marque autrichienne bien connue qui évoque le digibinning et la réflexoscopie à main levée est plutôt trompeuse ! Si on dispose d'un déclencheur à distance pour son APN ou son smartphone, on pourra éventuellement remplacer le trépied par un monopode-bâton de marche. En alternative, il faudra rechercher un appui sur un arbre, une roche, une barrière, son sac à dos...

Les facilités du digibinning

 

Un des oculaires des jumelles restant disponible, l'observation peut toujours se faire tout en ayant le smartphone ou l'APN prêt à l'emploi. Repérage du sujet, cadrage et la mise au point sont ainsi grandement facilités et accélérés. Attention : lorsque le sujet à photographier est très proche (quelques mètres), le cadrage obtenu avec l'oculaire libre devra être légèrement corrigé car l'écartement des deux axes des jumelles devient perceptible.
Dans le cas des oiseaux de la mangeoire et du nichoir, au jardin ou sur la terrasse, le grossissement d'une longue-vue est excessif et sa distance de mise au point minimale souvent trop longue. Idem si l'on veut photographier un  insecte. Une paire de jumelles est alors nettement plus appropriée, et le digibinning s'impose.

Pour un guide naturaliste, le phonebinning, tout comme le phonescoping d'ailleurs, est un moyen ultra-simple et pratique de montrer les animaux qu'il découvre aux personnes qui l'accompagnent. Plusieurs participants peuvent regarder ensemble l'écran du smartphone et on ne court plus le risque qu'ils  dérèglent sans cesse (et parfois, détériorent) la longue-vue ou les jumelles qu'ils ne savent pas utiliser correctement. Pour les animations nature avec les enfants, le phonescoping - phonebinning est véritablement un must ; c'est comme de la télévision en live !


Avec le phonebinning, on regarde dans ses jumelles comme on regarde la TV ! C'est une énorme facilité pour les guides et animateurs nature.


Les avantages supplémentaires du phonebinning est que l'on ne doit rien emporter de plus avec soi qu'un petit adaptateur, les jumelles étant au cou et le smartphone en poche, et que l'on peut en temps réel partager les images de ses découvertes.

Les difficultés du digibinning

 

Bien entendu, pour les sujets lointains, la digiscopie sera préférable du fait de ses facteurs de grossissement plus élevés.
Comme il est souhaitable de monter les jumelles sur trépied ou monopode (ce qui améliore aussi notablement la qualité d'observation, aspect souvent négligé), il faudra acquérir
un adaptateur adéquat, ce qui n'est guère coûteux. Certains (rares) modèles de jumelles n'acceptent pas d'adaptateur pour trépied ou requièrent un système spécial de la marque, plus onéreux. Dans ce cas, les bricoleurs trouveront des solutions efficaces.

La qualité des images ne sera évidemment pas celle d'un 600mm f/4 Nikon, mais si votre smartphone est performant en photo et que vos jumelles sont bonnes, ce sera acceptable. Et vous serez plus qu'heureux de pouvoir fixer l'instant crucial... alors que bien entendu, vous n'avez pas emporté votre téléobjectif mais que vous votre smartphone en poche !

Vidéo de digibinning avec jumelles Olivon PC3 ED 10x42

Suite au 2ème épisode : digibinning et phonebinning en pratique

 
Retourner au contenu | Retourner au menu