Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Le coin bibliothèque

JUMELLES et PRISMES A CORRECTION DE PHASE

Des prismes à correction de phase ("phase coating") sont un ELEMENT IMPORTANT pour la qualité des jumelles.

Dans les jumelles à prismes en toit, le faisceau lumineux entrant dans chacun des fûts traverse un système de
prismes de forme particulière qui lui a valu son nom, où il est séparé en deux faisceaux (ce qui n'est pas représenté sur le dessin joint). Ceux-ci parcourent un chemin légèrement différent et, quand ils sont regroupés pour être dirigés vers l’oculaire, un des faisceaux a donc pris un peu de retard sur l’autre. On dit qu’il est « déphasé ». Lors de la jonction, cela provoque des interférences lumineuses qui dégradent la qualité de l’image.

Le déphasage de la lumière dans les prismes en toit

Sachant que la lumière est faite d’ondes, comparons avec un cours d’eau agité de vaguelettes, qui sont un phénomène physiquement très comparable. Divisons le cours d’eau en deux branches, en faisant en sorte qu’une des branches soit un peu plus longue que l’autre. Au confluent, les vagues de la branche la plus longue auront pris du retard et seront décalées par rapport à celles de l’autre branche. Cela crée des remous quand les deux courants se réunissent. Si on parle de lumière, l'équivalent de ces remous est un déphasage qui provoque une perte de netteté de l'image.


Permettant d'obtenir des jumelles plus compactes, les architectures à prismes en toit s'accompagnent de difficultés techniques, comme le déphasage des rayons lumineux. Pour corriger cela, il faut équiper les prismes d'un traitement de correction de phase.

Les jumelles de niveau supérieur bénéficient d’un traitement de correction de phase sur les prismes qui corrige le déphasage de la lumière. Le résultat est une image plus contrastée, mieux définie et avec un meilleur respect des couleurs. Lorsqu’on compare deux instruments semblables dont l’un bénéficie de prismes à correction de phase, on voit sans peine la différence : une image plus brillante et plus précise.

Pas de correction de phase dans les prismes de Porro

 

Sur les jumelles à prismes de Porro, le faisceau lumineux n’est pas divisé en deux et le problème de déphasage ne se pose donc pas. Quoiqu'elle produise des jumelles plus volumineuses et difficiles à rendre étanches, l'architecture à prismes de Porro n'est pas dénuée d'avantages techniques.

 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu