Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Choisir et technique

Comment choisir sa longue-vue

Un peu d'histoire

 

Jusqu'au 18è siècle, l'étude des animaux se faisait surtout grâce au... fusil ! Les naturalistes étaient avant tout des collectionneurs de spécimens. En l'absence d'instrument efficace permettant l'observation de loin (il n'existait que des lunettes simples ou doubles peu performantes, similaires à celle de Galilée), la seule possibilité était de tirer l'animal et d'en examiner la dépouille plus ou moins bien traitée, ce qui amena d'ailleurs quelques bévues sur le plan scientifique.
Ensuite, le développement de jumelles de vue performantes et compactes (les Leitz Trinovid, 1963, ont été un modèle de référence à cet égard) a permis de faire de gros progrès dans l'observation de la nature et a certainement joué un rôle essentiel dans l'intérêt croissant qui est porté à la nature et aux oiseaux en particulier.
Cependant, le champ d'action des jumelles reste limité par les grossissements relativement faibles nécesaires pour pouvoir les tenir en mains, sans autre support. Les lunettes d'astronomie, bien plus puissantes mais encombrantes, fragiles, pas étanches, n'apportaient pas de solution valable.
Dans les années '50, apparurent les premières longues-vues terrestres bien adaptées à l'ornithologie et à l'observation naturaliste en général. Le populaire modèle Kowa TS1 (1952) fut parmi ces précurseurs.
Petit à petit, la longue-vue s'est installée comme un instrument indispensable pour ceux qui veulent observer "sérieusement" la nature et de nombreuses autres applications sont apparues, comme l'observation de la cible pour le tireur sportif ou la digiscopie, technique consistant à photographier au travers de la longue-vue.

Voici les choix de longues vues les plus classiques avec leurs propriétés et usages principaux. On les répartira en 4 "familles" :


Longues vues naines
Diamètre de moins de 60 mm

Les longues-vues ultra-compactes

 

Longues-vues petites et légères, elles sont peu lumineuses et ne supporteront guère un grossissement de plus de 20 fois sous peine d'une image grise et sans contraste. Leur intérêt consiste à pouvoir se fixer sur un trépied léger voire un monopied et se glisser dans le sac-à-dos pour qui veut les utiliser lors de randonnées en montagne, par exemple. Le diamètre de leur objectif est de 50 à 60 mm et leur poids est de quelques centaines de grammes.


Longues vues compactes
Diamètre de 60 à 65 mm

Les longues-vues compactes

Longues vues d'un volume acceptable, elles "digèrent" des grossissements de 30 voire 40 x, tout en conservant une luminosité convenable. Un trépied léger en carbone est suffisant. C'est un excellent compromis entre transportabilité et luminosité. Leur diamètre d'objectif est géneralement d'environ 65 mm et leur poids est inférieur à 1500 gr.


Longues vues standards
Diamètre d'environ 80 mm

Les longues-vues standards

Longues-vues plus lourdes et encombrantes, elles sont lumineuses et on peut leur demander un grossissement de 50 x (zoom 20-60, par exemple). Ce type de longue vue exige par contre un trépied stable et robuste pour ne pas vibrer, ce qui les rend encore plus encombrantes et plus lourdes à transporter sur l'épaule. Leur diamètre d'objectif est d'environ 80 mm et leur poids se situe entre 1500 et 2000 gr.


Pour les conseils spécifiques à la DIGISCOPIE:
ESPACE DIGISCOPIE


Longues vues géantes
Diamètre d'environ 100 mm

Les longues-vues de grand diamètre

Longues-vues très lumineuses, confortables à fort grossissement, mais encombrantes, lourdes et plus pénibles à transporter car un trépid de haute stabilité sera nécessaire. C'est le choix des adeptes du "sea watching" et des digiscopeurs cherchant un maximum de luminosité pour leurs photos, ou d'adeptes du tir sportif à très longue distance. Leur diamètre d'objectif est égal ou supérieur à 90 mm et leur poids peut atteindre et dépasser 2000 gr.

Les longues-vues à verres ED
ED signifie "Extra-basse Dispersion". Ces longues-vues sont équipées d'une lentille fluorée coûteuse mais qui évite l'aberration chromatique et améliore la definition de l'image. Pour faire de la digiscopie, une longue-vue à verres ED est un très gros avantage. Voyez ici notre dossier sur les verres ED.

Longue-vue droite ou coudée à 45° ?

Commencer avec des jumelles ou avec une longue-vue ?

Au moment de choisir une longue vue, préférez toujours un modèle "coudé" (visée à 45°). Cela demande d'acquérir un peu d'expérience car la visée est moins naturelle, mais l'usage d'une longue vue coudée pour l'observation est beaucoup plus confortable que celui des lunettes à "visée droite", sauf dans quelques cas d'usages bien spécifiques. En effet, ces dernières doivent être très précisément ajustées à la hauteur de l'oeil grâce au trépied qui doit donc souvent être relevé au maximum et qui devient ainsi moins stable. Avec une lunette à visée coudée, le trépied peut être réglé plus bas et avec moins de précision : il suffit de se pencher un peu plus ou un peu moins vers l'oculaire.

Certains naturalistes débutants se posent la question de savoir s'il vaut mieux commencer par acheter une longue-vue, ou des jumelles. La réponse est simple : toujours commencer par de bonnes jumelles !

Transportables, maniables, faciles d'emploi, les jumelles sont l'instrument de base pour observer la nature. Par la suite, si on souhaite observer à plus grande distance, par exemple sur des étangs ou en bord de mer, ou si on veut scruter les moindres détails d'un oiseau, une longue-vue sera nécessaire. Mais elle restera toujours plus encombrante et moins facile à manier qu'une paire de jumelles.

Choisir un trépied de longue-vue

Le trépied est souvent considéré comme une "accessoire"... or, rien n'est moins accessoire ! C'est lui qui déterminera la stabilité, la fluidité du mouvement, bref, une bonne partie de l'agrément et de l'efficacité de la longue-vue. Voici quelques conseils pour bien choisir son trépied de longue-vue. Le trépied et la rotule de tête sont des accessoires qui se choisissent séparément. Plus la longue-vue sera lourde, plus le trépied et la rotule devront être  stables... et lourds. Tant pis pour les épaules : c'est le prix à payer !

Les trépieds en aluminium


Voyez n
otre choix de trépieds

Ils sont idéaux pour supporter les longues-vues de fort diamètre (80mm et plus). Les tubes en aluminium ont un diamètre d'environ 30, 25 et 20 mm pour les 3 sections de pied. Ces trépieds atteignent généralement environ 1m70 sans extension de la colonne (l'extension de la colonne est toujours défavorable pour les vibrations) et pèsent au moins  3 kg avec la rotule.
Vu leur taille, ils conviennent aux utilisateurs de haute stature.
On y accolle le plus souvent une tête de type "vidéo" robuste et pouvant supporter 5kg ou davantage. 
L'ensemble, avec longue vue pèsera environ 5,5 kg, mais la stabilité sera excellente.


Trépied en aluminium Olivon 154 avec rotule TRH 11

Les trépieds en carbone

 

Pour les utilisateurs de taille moyenne, pour ceux qui randonnent et privilégient la légèreté et pour ceux dont la longue-vue est moins lourde (format 65mm), un trépied plus léger conviendra parfaitement. Le poids est d'un peu plus de 2kg avec rotule. Ces trépieds ont des sections de pied d'environ 26, 22 et 19 mm et font appel à des matérieux légers comme les fibres de carbone. Ils ne montent qu'à 1m60 environ, moins pour les modèles ultra-légers. Les plus grands devront alors étendre partiellement la colonne. L'ensemble, avec longue vue pèsera alors moins de 4 kg, ce qui est déjà plus confortable. La stabilité sera bonne, mais pas parfaite par temps très venteux. Il existe généralement un crochet sous la colonne auquel on peut suspendre on sac à dos pour lester le trépied dans ces circonstances.


Trépied carbone Kite Ardea CF avec rotule Manfrotto 128RC

Quelques conseils supplémentaires

  • Préférez une finition noire ou mate, plutôt que brillante. Vous serez moins visible sur le terrain.

  • Certains trépieds proposent une colonne qui s'élève et s'abaisse grâce à une manivelle. Ce n'est pas nécessaire pour un usage avec une longue vue.

  • Le blocage des pieds peut se faire, selon les modèles, avec des vis papillons (ancien), des colliers de serrage ou des clips.

  • Un sabot de fixation rapide que l'on garde vissé sur la longue-vue et qui s'adapte à la tête du trépied d'un simple "clic" est largement préférable.

  • Vérifiez toujours bien la stabilité, la solidité et la fluidité de la rotule. C'est essentiel pour un trépied de longue-vue et c'est le défaut majeur de beaucoup de petits trépieds "photographiques".

  • Ne choisissez de préférence pas un trépied qui comprend plus de 3 sections de jambes car cela devient alors fastidieux à déplier et replier. Cependant, les trépieds à 4 segments sont plus courts quand ils sont repliés et donc plus faciles à emmener dans les bagages.

Les trépieds pour le tir à la cible

 

Les tireurs debout utilisent un trépied lourd ou léger comme ci-dessus. Les tireurs couchés utilisent un trépied très bas, avec un réglage millimétrique de la rotule, afin de limiter au maximum leurs mouvements entre la position de tir et la position d'observation de la cible. Voir longues vues de tir.


Trépied pour tir couché

 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu