Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Le coin bibliothèque

JUMELLES A HAUTE TRANSMISSION

C’est un élément INTERESSANT pour les performances des jumelles.

Au fur et à mesure que le marché évolue, les fabricants essaient continuellement de se démarquer de la concurrence... ou de faire croire qu’ils se démarquent en mettant en avant l’un ou l’autre critère technique sensé « impressionner » le client. Les verres ED ont joué ce rôle durant plusieurs années mais sont devenus maintenant tellement courants qu’il faut chercher autre chose. Vient donc la « haute transmission »...

Les pertes de lumière dans les jumelles

Les jumelles sont constituées d’un ensemble plus ou moins sophistiqué de lentilles et de prismes que la lumière traverse. A chaque étape, une partie de la lumière peut « se perdre » (jusque 5 ou 6% à chaque interface air-verre en l'absence de traitements !), c'est-à-dire suivre un trajet qui ne l’amène pas vers l’œil de l’utilisateur. Cela a pour conséquence l’apparition de halos dans l’image, mais aussi et surtout une réduction de la luminosité globale de l’instrument et donc de la brillance de l’image produite.


Courbe du %age de transmission de la lumière d'une paire de jumelles en fonction de la longueur d'onde et donc de la couleur.

Transmission de lumière ou transmittance

 

Les fabricants s’efforcent d’optimiser la transmission de la lumière (le terme exact serait transmittance) en limitant les pertes, et ceci est d’autant plus important qu’on a affaire à un modèle de haut de gamme utilisant un nombre élevé de lentilles (une dizaine) pour corriger différents défauts optiques. Le traitement de phase et la nature des prismes ainsi que le type de prismes utilisés (l'architecture d'Abbe-König ou celle de Porro sont à ce sujet meilleures que celle de Schmidt-Pechan utilisée dans la plupart des jumelles à prismes en toit), la nature des verres optiques des lentilles, la sélection des couches d’enduction ont tous un rôle à jouer. Nous en avons parlé autre part. L’optimisation qualitative d’une paire de jumelles n’est donc pas une mince affaire car améliorer ceci peut aussi signifier détériorer cela.

A l’heure où cet article est écrit, c’est Zeiss qui détient la palme avec les « presque 95% » de transmission de ses Victory HT. On peut considérer que tous les instruments à prismes en toit de haut de gamme dépassent 90% de transmission globale
de la lumière. En lisant les publicités, il faudra être attentif à ce dont on parle effectivement : la transmission de la lumière GLOBALE de l’instrument, ou au niveau de tel ou tel élément. Certains agitent des 99,5%... mais parlent uniquement des prismes, par exemple.

Il faut aussi être réaliste : l'oeil humain n'est pas capable de déceler une différence de transmittance de 1 ou 2%, mais 5% en plus ou en moins se perçoivent.

 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu