Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

News

;
;
;



08 février 2017

Les nouvelles Olivon PC3 ED 10x42 vues de près

Le modèle Olivon PC3 ED était très attendu et le voilà disponible. Le défi d'Olivon était de présenter un modèle de jumelles qui allie, comme à son habitude, un prix très compétitif avec des excellentes performances et qui séduise les observateurs de plus en plus nombreux qui apprécient les avantages offerts par les verres ED.

Sous la sobriété, une technologie prometteuse

Au déballage, rien ne change vraiment par rapport au modèle PC3 "simple", mais les PC3 ED sont accompagnées d'une sangle large en néoprène, alors que les PC3 ne bénéficient que d'une sangle polyester classique. Vu le poids réduit des jumelles (625 gr), cette dernière est suffisante, mais le confort du néoprène est assurément un plus. Quand on connaît le supplément de prix que cela représente, c'est un bel effort de la part d'Olivon.
Sur l'oculaire droit, la marque canadienne a identifié discrètement ses nouvelles jumelles par le texte "Olivon PC3 ED". Plus d'informations émanent de la face supérieure de la molette de mise au point où se trouve un série de sigles qui demandent quelques explications : WP, FMC, DE, ED.

WP signifie "waterproof
", c'est à dire étanche. Les jumelles sont étanchéifiées par des joints toriques et le corps est sous atmosphère d'azote en surpression, afin d'éviter la buée interne, le développement de champignons et la corrosion de certaines couches de traitement délicates. La plupart des jumelles modernes de bon niveau bénéficient d'une technologie similaire.

FMC signifie "fully multicoated", c'est à dire enduction multicouche intégrale. Toutes les interfaces air-verre ont donc reçu plusieurs couches de traitement anti-réflexion afin de réduire les déperditions de lumière, les halos internes et d'optimiser ainsi la brillance et la neutralité de l'image. Les jumelles actuelles de qualité sont toujours "FMC".


Une sobriété de présentation qui cache une technologie de haut vol



WP, FMC, DE, ED : des mystères à décrypter

DE est plus intéressant car il signifie "dielectric coating" : enduction diélectrique. Les prismes en toit des Olivon PC3 ED bénéficient de la meilleure technologie pour optimiser le rendement lumineux, le traitement diélectrique. La majorité des jumelles de ce segment de prix doivent se contenter d'un traitement des prismes à l'aluminium, plus économique mais moins efficace. Les Olivon PC3 "simples" reçoivent déjà un excellent traitement des prismes à l'argent, meilleur et plus durable que celui à l'aluminium, et leurs grandes sœurs PC3 ED font donc encore mieux.

ED est le sigle de extra-basse dispersion, attestant que ces jumelles utilisent des lentilles de verre fluoré qui minimisent fortement la dispersion des couleurs de la lumière connue en optique sous le terme d'aberration chromatique. En pratique, cela se remarque par l'amélioration de la définition de l'image et la disparition des désagréables franges violettes et vertes qui longent les limites à fort contraste.



Ces franges de chromatisme sont virtuellement éliminées sur les PC3 ED

Rappelons aussi que le "PC" du nom des jumelles veut dire que les prismes ont reçu un traitement de correction de phase (phase coating) dont l'impact sur la définition de l'image est très important.

Cela nous fait au total une sacrée technologie embarquée dans des jumelles qui se vendent moins cher que de nombreux modèles privés de tous ces raffinements !

En pratique : une image magnifique

 

Nous avons eu l'occasion de comparer les Olivon PC3 ED 8x42 à leurs cousines PC3 et à un modèle de technologie similaire et bénéficiant d'une réputation énorme : les Bushnell Legend Ultra HD.
Les PC3 ED offrent une image particulièrement brillante et neutre
. On distingue à peine une pointe bienvenue de "réchauffement" dans les couleurs. La définition au centre est magnifique et supérieure à celle des deux autres modèles. Elle se compare sans problème à ce qu'offre le milieu de gamme deux fois plus coûteux. En bord d'image, on observe une certaine dégradation de la netteté, mais cela reste dans la normalité et c'est un phénomène qui ne disparaît d'ailleurs que sur les jumelles de très haut de gamme.
La mise au point minimale est de 2 mètres et la largeur de champ de 106 m à 1000m pour les 10x42 et de 124 m pour les 8x42, chiffres favorables qui s'inscrivent dans la bonne moyenne des jumelles actuelles et qui garantissent un usage plaisant.

Un bilan très positif

Au total, les Olivon PC3 ED suivent la ligne tracée par les PC3 et par les longues-vues de la marque Olivon : elles offrent un rapport performances/prix à faire grincer des dents toute la concurrence et à faire sourire une clientèle qui veut du bon sans saccager son portefeuille.

A un prix où d'autres marques proposent des modèles banals qui ne bénéficient que de technologies de base, Olivon propose un bouquet de haut niveau, avec lentilles ED et prismes à correction de phase et enduction diélectrique, ce qui se traduit en pratique par une image magnifique. En plus, les jumelles sont bien conçues, pratiques et agréables à l'emploi, légères, manipulables d'une seule main grâce à leur structure à double charnière. Un grand bravo à la maison canadienne qui n'en finit pas de nous étonner positivement !


 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu